vendredi 22 janvier 2021

Quitter Psagot

 

Yonatan Berg, L'antilope, 256 pages


Présentation:

Dans Quitter Psagot, Yonatan Berg revient sur son enfance au sein d'une colonie juive de Cisjordanie peuplée de Juifs pratiquants, à quelques centaines de mètres de Ramallah, capitale de l'autorité palestinienne. Yonatan Berg raconte l'organisation du village, l'endoctrinement de la jeunesse dans une ligne religieuse marquée à droite, comment il s'est senti mal à son aise dans ce milieu, surtout après son passage dans un lycée de Jérusalem puis en trois années de service militaire. Quitter Psagot est un texte personnel, touchant aux questions de l'éducation et des choix de vie. Et une fois le choix fait d'une vie non conforme à la route tracée par les parents, hors de la colonie et de l'engagement religieux extrême, une douleur persiste. Yonatan Berg est un écrivain et poète, né en 1981 à Jérusalem dans une famille pratiquante. Il a grandi à Psagot, une colonie juive de Cisjordanie proche de Ramallah. Mal à l’aise dans ce milieu religieux et nationaliste, il s'en nourrit pour écrire. Après son service militaire et trois années à l’étranger, il suit des études littéraires. Il vit à présent à Jérusalem. Son premier roman Donne-moi encore cinq minutes est paru en traduction française à l'Antilope en 2018.


Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️❤️

Commentaire spontané:

Instructif, c'est le moins que l'on puisse dire.

On peut avoir quelques connaissances sur la vie dans les colonies juives de Cisjordanie, mais le récit de Yonatan Berg ne nous en épargne aucun aspect, et pour cause: voilà un homme qui en est issu !

L'auteur décortique la topographie mentale de l'enfant qu'il était: un enfant qui grandit et devient un jeune adulte à Psagot. Cette topographie est directement liée à celle du lieu, un lieu organisé en opposition à ce qui l'entoure, sans jamais chercher à s'intégrer dans le paysage ou dans l'histoire locale, celle des arabes de la ville voisine.

L'auteur insiste sur sa perte personnelle de repères suite aux traumatismes qui ont émaillé sa vie (de la route qui le menait à l'école, enfant, au service militaire dans une unité combattante) et sur ses prises de conscience vis-à-vis de sa communauté.

Il s'agit d'un témoignage sur l'impossibilité d'appartenir à la colonie qui l'a pourtant vu grandir…

Sur l'impossibilité aussi de s'en éloigner... (Ne lui consacre-t-il pas un livre?)

Sur la difficulté de vivre en dehors de la communauté de Psagot... (A l'extérieur, personne pour le comprendre, car personne n'a reçu la même éducation que lui; il se sent seul, isolé.)

Sur la difficulté d'habiter son propre corps - notamment à cause du poids des préceptes religieux…

Sur la difficulté, en fin de compte, d'être un enfant, dans certaines circonstances, dans certains lieux…

Tant d'impossibilités et de difficultés me bouleversent.

vendredi 15 janvier 2021

Mendelssohn est sur le toit


 Jiri Weil, Nouvel Attila,  300 pages


Résumé:


Le livre : Un témoignage sur le ghetto de Prague, où le sarcasme côtoie la tragédie

Prague, octobre 1941. Reinhard Heydrich, protecteur de Bohême mélomane, s’évertue à déboulonner de l’Opéra la statue de Mendesshon. En vain, car personne n’arrive à identifier Mendelssohn : il n’y a pas de plaque sous les statues… en cherchant celle qui a le plus gros nez, ils tombent sur la statue de Wagner !

Ainsi commencent le récit et les malheurs des petits fonctionnaires tchèques chargés de la purification du Prague… Sauf que Heydrich a vraiment existé, il était même chargé de penser la « solution finale ». Son assassinat par un commando de résistants tchèques a déclenché une répression atroce. Jiri Weil fait partie des quelques milliers de juifs qui ont survécu : il a conçu ce livre en 1946, pour conjurer son histoire et ses années de clandestinité. Une histoire cruelle et lucide, comique et douloureuse des juifs et des nazis où, comme chez Bruno Schulz ou Edgar Hilsenrath, le sarcasme et la bouffonnerie côtoient la tragédie.

L’auteur

Jiri Weil (1900-1959), journaliste, membre du parti communiste, traducteur de Pasternak, Maïakovski et Marina Tsvetaeva, victime des purges staliniennes, est l’un des premiers auteurs à avoir évoqué le goulag. Pourchassé à la fois en tant que communiste et en tant que juif par les Nazis. Il échappe à la déportation, en faisant croire à son suicide et travaille dans la clandestinité. Les documents sur le génocide des juifs tchèques passés entre ses mains au Musée de Prague lui ont inspiré un poème en prose en forme de collage littéraire, Complainte pour 77297 victimes, traduit ici pour la première fois.

Jiri Weil est un des auteurs préférés de Philip Roth, qui aimait son ton détaché et sa simplicité désarmante.

Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️❤️❤️

Commentaire spontané: Cela faisait des années que je rêvais de lire ce livre. Il a fallu cette nouvelle traduction au Nouvel Attila pour que j'y arrive. Entrer complètement dans un livre, cela tient toujours du petit miracle, surtout lorsque ce livre traite d'un sujet aussi grave et horrible. J'ai vécu ce petit miracle avec ce roman. L'humanité des personnages m'a fait penser à celle dépeinte par Edgar Hilsenrath dont je vénère l'écriture. J'en sors bouleversée. 

Ce livre entre immédiatement dans ma bibliothèque idéale.

mercredi 30 décembre 2020

Marilou et le grand incendie

 

Valérie Zenatti, Mouche, L'école des loisirs, 96 pages


Résumé:


Ça grandit vite, un écureuil. À huit mois, Marilou n’est déjà plus tout à fait un enfant. C’est le moment pour elle de quitter sa famille et d’explorer la forêt.
Pour la première fois, elle va cueillir des cerises. Pour la première fois, elle va se faire un ami. Il s’appelle Malik et il a du soleil dans les yeux. Quelle aventure…
Mais le danger est là : un incendie gigantesque éclate dans la forêt. Vite, Marilou, il faut se sauver ! Dans la fuite, elle ne retrouve plus rien. Son chemin ? Sa maison ? Son ami ? Où sont-ils ? La quête d’un monde nouveau commence.


Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️❤️

Commentaire spontané: Une histoire d'une profondeur rare.

mardi 29 décembre 2020

Le club des voleurs de pianos, Un piano par la fenêtre

 

Paul Beaupère, Fleurus, 287 pages

Résumé:

« Les toits de Paris sont magnifiques et magiques, mais quand on est poursuivi par la moitié des policiers de la ville, étrangement, ce n'est ni magique ni magnifique... C'est juste très glissant, très étroit, très sombre, très dangereux, très fatigant, et cette histoire est partie pour très mal finir... »

Nous sommes un groupe de musiciens. Il y a l'oncle Andreï, pianiste, tante Mary, trompettiste, oncle Lucien, batteur, Ethy, ma mère, chanteuse, et moi, John, 12 ans et un don certain pour l'improvisation... Mais nous avons aussi une activité nocturne très spéciale : nous « empruntons » des instruments à nos riches élèves musiciens pour les confier à nos élèves moins fortunés. Nous sommes, en quelque sorte, les Robins des bois de la musique ! Et ce n'est pas de tout repos, croyez-moi !

Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️❤️

Commentaire spontané: Une histoire virevoltante et inventive, un style inventif et virevoltant: que du bonheur!

lundi 21 décembre 2020

Thornhill

 

Pam Smy, Le Rouergue, 544 pages


Résumé:

Mary a habité là pendant des années. Entre ses murs, elle a vécu les pires moments de sa vie. Ella, elle, ne peut s’empêcher d'observer cet étrange endroit depuis sa chambre. La nuit, elle se demande ce qu’il cache. Certains ne voient en lui qu’un vieil orphelinat. D’autres sont au courant de son secret… Mais tout le monde connaît son nom. Thornhill. Dans la lignée des romans de Brian Selznick, encensé par Philip Pullman, le premier roman graphique de Pam Smy est un petit bijou gothique.

Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️

Commentaire spontané: On ne peut s'empêcher de tourner les pages. Addictif!

vendredi 18 décembre 2020

Charlock, La disparition des souris


Sébastien Pérez, Benjamin Lacombe, Flammarion jeunesse, 80 pages


Résumé:

Étrange fait divers à Paris : Magali la souris a disparu !
Et avec elle, toutes les souris du quartier.
Grâce à son grand courage, Charlock et ses voisins à plumes ou à quatre pattes se lancent à sa recherche.
Charlock n'a (presque) peur de rien !

Par les moustaches de Charlock, encore une enquête à résoudre !

Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️

Commentaire spontané: Bonne idée, mais l'ensemble manque parfois de fluidité et les illustrations nous perdent un peu Par exemple, le chihuahua est décrit avec un bob entre les oreilles, or il a un toupet...

Charlock, le trafic de croquettes

 

Sébastien Pérez, Benjamin Lacombe, Flammarion jeunesse, 80 pages


Résumé:

New York, 1917.Grosse dispute entre chiens et chats. Ed le loubard, le chien aux grandes oreilles, accuse le clan des Chappucini de vouloir empoisonner leurs croquettes.Gang des chiens, contre gang des chats : voilà une nouvelle mission périlleuse pour Charlock qui doit vite rétablir la paix...Par les moustaches de Charlock, encore une enquête à résoudre!

Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️

Commentaire spontané: L'idée est sympathique, mais j'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois pour comprendre les enchaînements d'action ou de personnages. Les illustrations m'ont un peu perdue. Par exemple, le cocker à la frange est illustré avec un haut-de-forme. Hum...