mardi 10 septembre 2019

La mer à l'envers

Marie Darrieussecq, P.O.L, 256 pages

Présentation de l'éditeur:

Rose part en croisière avec ses enfants. Elle rencontre Younès qui faisait naufrage. Rose est héroïque, mais seulement par moments.

Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️
Commentaire spontané: L'histoire banale d'une femme qui doute de la tournure que prend sa vie et qui se cherche. Le style m'a laissée parfois dubitative:  il y a beaucoup d'ellipses et d'énumérations qui grammaticalement ne fonctionnent pas toujours, mais à travers elles, l'auteure impose un style branlant qui nous maintient dans l'inconfort et l'incertitude, thèmes récurrents de ce roman.

vendredi 6 septembre 2019

La petite conformiste

Ingrid Seyman, Philippe Rey, 192 pages

Présentation de l'éditeur:

Esther est une enfant de droite née par hasard dans une famille de gauche, au mitan des années 70. Chez elle, tout le monde vit nu. Et tout le monde – sauf elle – est excentrique.


Sa mère est une secrétaire anticapitaliste qui ne jure que par Mai 68. Son père, juif pied-noir, conjure son angoisse d’un prochain holocauste en rédigeant des listes de tâches à accomplir. Dans la famille d’Esther, il y a également un frère hyperactif et des grands-parents qui soignentleur nostalgie de l’Algérie en jouant à la roulette avec les pois chiches du couscous. Mais aussi une violence diffuse, instaurée par le père, dont les inquiétantes manies empoisonnent la vie de famille.


L’existence de la petite fille va basculer lorsque ses géniteurs, pétris de contradictions, décident de la scolariser chez l’ennemi : une école catholique, située dans le quartier le plus bourgeois de Marseille.


La petite conformiste est un roman haletant, où la langue fait office de mitraillette. Il interroge notre rapport à la normalité et règle définitivement son sort aux amours qui font mal. C’est à la fois drôle et grave. Absurde et bouleversant.


Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️
Commentaire spontané: Bonne surprise que ce premier roman! Le ton est vif, drôle, et se fait de plus en plus mordant à mesure que les mois passent, révélant les failles d'un père déraciné, traumatisé par un événement morbide vécu dans son adolescence en Algérie - alors française -, et qui entraîne sa famille dans le chaos. J'ai tourné les pages de ce roman avec un plaisir juvénile. Bien joué, Ingrid Seyman!

dimanche 1 septembre 2019

La bouche pleine de terre

Branimir Scepanovic, éditions Tusitala, 136 pages

Présentation de l'éditeur:

Un homme court, seul. Deux chasseurs qui campent par là le voient passer. Surpris de cette intrusion, « comme enivrés par l'âcre odeur de la forêt », ils décident de le rattraper. L'homme repart, les deux chasseurs sur ses talons. S'ensuit une battue farouche, où l'incompréhension se mue en haine.
Intrigue dépouillée à l'extrême mais d'une infinie complexité secrète, La Bouche pleine de terre est une œuvre inclassable qui oscille entre fantastique, absurde et réalisme ; entre allégorie, roman ou conte.
Comme dans le texte qui l'accompagne, La Mort de M. Goluža, autre histoire d'un intrus qui bouleverse le monde dans lequel il surgit, Branimir Šcepanovic fait admirer son style saisissant et son imagination débridée. Deux textes inoubliables, tendus par une angoisse croissante, qui contemplent l'existence humaine d'un œil mi-amusé, mi-résigné.

Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️❤️❤️
Commentaire spontané: Ce n'est pas seulement une démonstration éclatante de notre bêtise, c'est aussi un vibrant plaidoyer qui nous engage à croquer la vie à pleines dents. Formidable.

jeudi 29 août 2019

Mikado d'enfance

Gilles Rozier, L'antilope, 192 pages

Présentation de l'éditeur:

Quarante ans après les faits, le narrateur revient sur un épisode traumatisant de son enfance : l’exclusion de son collège, pour avoir adressé, avec deux camarades, une lettre antisémite à son professeur d’anglais.
Quelques années plus tard, le narrateur, fils d’une mère juive et d’un père catholique, deviendra spécialiste de culture juive. Que s’est-il passé entre ces deux moments de son histoire ?
Le narrateur tente de décortiquer l’imbrication des conflits politiques des années 1970 et des malaises familiaux. Il retrouve cette question tragique que sa mère a posée devant le conseil de discipline : « Comment voulez-vous que mon fils soit antisémite alors que mon père est mort à Auschwitz ? »
Gilles Rozier continue de creuser l’identité juive et ses enjeux, au plus profond de l’intime
.

 




Extrait du roman


Sur son visage, un sourire à peine esquissé. De la tristesse dans son regard. On me le dit encore : j’ai une tristesse dans la pupille dont je ne parviens pas à me départir. Car lui, c’est moi. Enfin pas tout à fait. Un moi à plus de quarante ans de distance, un collégien dont je ne me souviens guère, un garçon encore niché auquel je n’ai plus vraiment accès. Il s’est perdu dans le lointain pays de l’enfance, dans l’épais brouillard des années passées. Elles se sont agglomérées les unes aux autres et ont laissé une masse de souvenir et d’oubli, série de flash aspirés par une matière noire, un flou dans lequel il faut sans cesse tenter de poser des balises afin qu’il ne se transforme pas définitivement en chaos.


Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️❤️
Commentaire spontané: En dévoilant son traumatisme d'enfance, l'auteur fait revivre une époque pas si lointaine où Auschwitz n'était pas encore la star des camps… Le ton est donné. Mais c'est avant tout le charme de l'enfance qui coule de ces lignes avec sa charge de candeur, d'interrogations et de violences. Si j'ai quelquefois ri (les bons mots saupoudrent le récit), j'ai aussi été bouleversée à bien des égards par cette histoire (l'âge des protagonistes, leur "procès", les non-dits familiaux, le silence qui a suivi l'événement, la solitude, etc.). A travers les réflexions de l'auteur, j'ai retrouvé des débats intérieurs qui m'ont moi-même agitée. Bref, vous l'aurez compris: conquise, je suis!

mercredi 28 août 2019

Destruction

Cécile Wajsbrot, Le bruit du temps, 224 pages

Présentation de l'éditeur:

Une femme qui a consacré sa vie à lire ou à écrire se trouve soudain privée de tout ce qui était au cœur de son existence. Une dictature s’est installée dans le pays où elle réside, ici, à Paris. Le seul moyen d’expression qui lui est concédé est une sorte de blog sonore, que lui commande le représentant d’une mystérieuse organisation qui tente de s’opposer au nouveau régime. Le livre ne cesse de s’interroger sur ce changement inquiétant : quand s’est-il réellement produit, quels en étaient les signes avant-coureurs, comment a pu s’effectuer cette destruction progressive du monde d’avant ? Et surtout, la narratrice n’est-elle pas elle-même coupable d’avoir laissé venir les choses, n’a-t-elle pas elle-même voulu s’affranchir du passé ? N’avons nous pas été tous coupables d’insouciance, de légèreté ? Et voilà que le nouveau pouvoir, peu à peu, de manière insidieuse bannit tout souvenir, cherchant à effacer toute trace de l’histoire, toute plaque commémorative, détruisant jusqu’aux cimetières. Tout se passe en réalité comme s’il n’avait fait que systématiser une vie de pur divertissement dans laquelle, comme toute une génération autour d’elle, elle s’était complue, refusant peu à peu toute pensée complexe, toute réflexion. 

À sa manière prenante, allusive, ne cessant de mêler ses voix intérieures, ses angoisses à des souvenirs de lectures, de rencontres, d’observations, Cécile Wajsbrot parvient à merveille à nous faire ressentir ce que pourrait être notre présent si l’impensable (un retour de ce que nous croyions, depuis la guerre, impossible) s’était produit. La grande réussite du roman, c’est que, à force de notations concrètes et par la richesse de ses réflexions, l’auteur nous fait pénétrer dans cet « univers parallèle où se dessinent des contours, des silhouettes qui nous accompagnent, aussi réelles que la nôtre ». La narratrice acquiert une présence telle que le lecteur est lui-même gagné par l’inquiétude de ce qui, après tout, n’était peut-être qu’un cauchemar. Et le dénouement (qui fait penser à un mauvais rêve trop aisément dissipé), nous laisse dans le doute : est-il vraiment besoin d’une dictature pour que la destruction soit à l’œuvre, en nous et autour de nous ? 

À la lecture de cette fiction spéculative, dont la pertinence ne cesse de nous être rappelée par l’actualité, on ne peut qu’être frappé par la cohérence de l’œuvre de l’auteur de Memorial, hantée depuis toujours par la mémoire des crimes de l’Histoire et par la crainte qu’ils se reproduisent, faute d’avoir su en tirer les leçons. 


Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️❤️
Commentaire spontané: L'auteure imagine qu'une dictature s'est installée en France; elle part pour Berlin (oui, oui !) où elle enregistre un blog afin de garder des traces des événements passés. Ce texte, très dépaysant au premier abord, devient de plus en plus glaçant, car saupoudré d'éléments qui constituent déjà notre quotidien. Le style est inimitable, exigeant, s'inscrivant pleinement dans la logique du thème. Cécile Wajsbrot est une auteure en alerte. A nous d'entendre ses mises en garde.

mardi 20 août 2019

Le tunnel


Avraham B. Yehoshua, Grasset, 432 pages

Présentation de l'éditeur:

Zvi Louria commence à perdre la mémoire.
Il a 73 ans, ingénieur à la retraite depuis cinq ans. D'’abord, ce sont seulement les prénoms des uns et des autres qui lui échappent, mais quand il manque de repartir du jardin d’'enfant avec un garçon qui ressemble à son petit-fils, il consulte un neurologue. Le diagnostic – une atrophie du lobe frontal – est certes sévère, mais assorti de quelques encouragements du médecin : ce dernier conseille à Zvi et son épouse de ne pas baisser les bras. D'’après lui, il faut redoubler d’'activité, et ne pas négliger le désir dans le couple, pour lutter contre ce début de démence qui risque de l’'engloutir.
Sa femme Dina, une pédiatre encore en activité, le pousse alors à proposer son expertise d'’ingénieur à son ancien employeur, pensant qu'’une activité professionnelle même bénévole lui permettrait ce sursaut volontaire encouragé par le neurologue. Ce sera donc au jeune Assaël Mimouni, l'’ingénieur en charge de la construction d'’une route secrète dans le désert du Négev et fils d'’un ancien collègue de Louria, de gérer le vieil homme. Mais quand tous deux arrivent sur l'’emplacement du chantier et découvrent le campement d’'une famille de Palestiniens réfugiés sur la colline par laquelle la route devait passer, le projet se complique, et Zvi Louria propose alors de creuser un tunnel plutôt que d’'aplatir la butte et de déloger la famille…

Le nouveau roman du grand conteur israélien mêle habilement la question de la perte de mémoire à celle des identités israélienne et palestinienne. A.B. Yehoshua parvient à évoquer avec une justesse infinie la tendresse d’'un couple vieillissant face à l’'épreuve de la maladie tout en dépeignant une fois de plus la société israélienne dans toutes ses contradictions.



Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤❤❤
Commentaire spontané: Drôle d'histoire que celle qui nous est racontée et qui tient à peu de choses, mais c'est bien normal en fin de compte, vu le sujet. Quelques saillies hilarantes - en cela, ce texte peut rappeler ceux de David Lodge. L'ensemble s'achève sur une formidable métaphore.

L'éléphant est déjà dans la valise

Paola Casadei, La p'tite Hélène éditions, 300 pages

Présentation de l'éditeur:

Après avoir passé de longues années expatriée en Afrique - « cinq mille sept cent soixante quatre jours (5764 !) » - Carlotta, seize ans, s’installe en Italie, un pays natal qui n'a jamais été le sien. La valise du retour est lourde à porter (« Je vis constamment avec la gorge serrée »). Elle est très liée à Giacomo, son frère adoptif né au Mozambique, et à ses copines éparpillées dans le monde. 

Tout au long de cette année, elle va tenter de se construire un nouveau quotidien. Parviendra-t-elle enfin à oublier les éléphants, métaphore des jours heureux et s’épanouir  dans sa nouvelle vie ?


Combien ce livre a fait battre mon cœur: abandon
Commentaire spontané: Une mine d'informations gâchées par une absence totale de travail éditorial...