lundi 15 juillet 2019

Les tendres plaintes

Yôko Ogawa, Babel, 256 pages

Présentation de l'éditeur:

Ruriko est calligraphe. Fuyant la brûlure des infidélités de son mari, elle part s'installer seule en pleine montagne, dans le chalet de ses parents. Elle rencontre Nitta, pianiste reconverti dans la fabrication de clavecins. L'histoire simple, intense et profonde d'une femme en crise entre deux amours, entre deux vies. Sur l'indicible solitude des êtres et leurs relations fugitives, un roman riche en mystère où s'épanouit tout l'art d'Ogawa.

Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️
Commentaire spontané: J'aime la façon si particulière qu'a Yôko Ogawa de raconter les histoires. C'est un peu comme écouter une musique exotique : ça m'envahit la tête, et bientôt ça me berce, ça me calme. Chez cette auteure, le moindre aspect du quotidien revêt un caractère unique et essentiel, car elle réussit à en faire un micro-événement. Chacune de ses phrases nous fait voyager, non par ce qu'elle énonce, mais par la façon si singulière dont elle l'énonce.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire