lundi 29 juillet 2019

Dis-moi ma vie


Pierre Seghers, 80 pages, éditions Bruno Doucey

Le mot de l’éditeur : D’où vient la joie que j’éprouve à publier Dis-moi, ma vie  ? D’abord, d’une promesse tenue : celle de faire revivre un livre que Pierre Seghers avait publié en Belgique en 1972 et qui était passé trop inaperçu en France. Ensuite, du sentiment de cheminer, par-delà l’espace et le temps, sur les traces d’un poète-éditeur « fou, fou, fou de poésie ». Dans ces pages somptueuses, Seghers se livre à un méticuleux travail d’introspection, s’adressant à sa vie, cette « émigrée » proche et lointaine, cette promise qu’il a « tenue dans [ses] mains d’homme ». Le fleuve de ses mots traverse les paysages de la mémoire, longe les gouffres d’un parcours qui connut souvent des heures sombres, retrouve les points cardinaux d’une existence entièrement vouée à la poésie. Et l’on ressort de ce livre avec le sentiment d’avoir désormais un ami de plus sur la terre.
Extrait :
« Je suis celui
d’un seul moment qui durera toute la vie
Éclair, éclat, le miroitement d’un instant
Un ricochet sur une autre peau,
le rebond d’un galet qu’emporte
un torrent, le temps des lèvres sur le temps. »
Collection : En résistance

Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️❤️
Commentaire spontané: Renouer avec la poésie, quel délice! Je suis ravie que cela se soit fait avec ce recueil de Pierre Seghers, éditeur que j'appréciais beaucoup. Pourquoi ne plus lire de poésie alors que j'en avais l'habitude étant adolescente? Un quotidien chronométré me semble être la meilleure explication. Car lire un poème, c'est s'y pencher une fois, puis deux, puis trois, le ressasser jusqu'à plus soif, tout le contraire de l'efficacité quasi taylorienne édictée par notre mode de vie et que l'on s'obstine à rechercher dans la moindre de nos actions. Et pourtant, tant de vérités transparaissent dans ce recueil. A la lecture de ces poèmes, la vérité de l'un ne sera pas celle de l'autre, mais une chose est certaine, chacun y trouvera une forme de clairvoyance.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire