dimanche 16 juin 2019

J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi


Yoan Smadja, 288 pages, Belfond

Présentation de l'éditeur:

Printemps 1994. Le pays des mille collines s'embrase. Il faut s'occuper des Tutsi avant qu'ils ne s'occupent de nous.
Rose, jeune Tutsi muette, écrit tous les jours à Daniel, son mari médecin, souvent absent. Elle lui raconte ses journées avec leur fils Joseph, lui adresse des lettres d'amour... Jusqu'au jour où écrire devient une nécessité pour se retrouver. Obligée de fuir leur maison, Rose continue de noircir les pages de son cahier dans l'espoir que Daniel puisse suivre sa trace.
Sacha est une journaliste française envoyée en Afrique du Sud pour couvrir les premières élections démocratiques post-apartheid. Par instinct, elle suit les nombreux convois de machettes qui se rendent au Rwanda. Plongée dans l'horreur et l'indicible, pour la première fois de sa vie de reporter de guerre, Sacha va poser son carnet et cesser d'écrire...
Dans ce premier roman bouleversant d'humanité, Yoan Smadja raconte le génocide des Tutsi du Rwanda à travers le regard de deux femmes éblouissantes, Rose et Sacha qui, sans le savoir, et par la seule force de leur plume, vont tisser le plus beau des liens, pour survivre à l'inhumain.

Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️❤️
Commentaire spontané: Un livre très bien documenté, une histoire éprouvante et d'une grande beauté servie par une écriture raffinée et sensible. Des personnages inoubliables. Le génocide rwandais, une tragédie dont on devrait tous connaître l'histoire. Lu d'une seule traite.

6 commentaires:

  1. Je note et souligne. J'ai lu quelques romans sur le génocide rwandais. J'ai toujours autant besoin de tenter de comprendre... Je suis toujours à l'affût.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne seras pas déçue, c'est un très beau texte qui fait froid dans le dos: tu ne regarderas plus tes voisins de la même manière après ça!

      Supprimer
    2. Arrête! Le clou est déjà assez enfoncé!

      Supprimer
  2. J'ai lu sur ce sujet le titre glaçant de Jean Hatzfeld, Une saison de machettes (https://bookin-ingannmic.blogspot.com/2016/03/une-saison-de-machettes-jean-hatzfeld.html), témoignages des "bourreaux" de la guerre du Rwanda, pendant à celui qui donne la parole aux victimes, mais que je n'ai pas encore lu (c'est que ce sont des lectures très éprouvantes, entre lesquelles il est nécessaire de laisser passer un peu de temps). Je note ce titre, ton billet fait très envie malgré le sujet difficile..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La beauté littéraire du texte à certains passages (les lettres de la femme) a un double effet: on est emporté par l'amour qui transpire dans chacun de ses mot, mais bien sûr, on ne peut s'empêcher d'être glacée d'effroi par les faits qui sont racontés, et qui ressortent alors plus crument. Franchement, ce livre vaut le détour par son thème, par l'éclairage qu'il apporte sur la situation au Rwanda, par sa qualité littéraire. Je le conseille à 100%.

      Supprimer