samedi 17 août 2019

Le Schmock

Franz-Olivier Giesbert, Gallimard, 416 pages

Présentation de l'éditeur:

«J’écris des romans pour raconter des histoires. Depuis longtemps, j’en avais une qui me courait dans la tête et qui se déroulait dans l’Allemagne nazie du siècle dernier, en Bavière. Une histoire d’amour, d’amitié.
Malgré toutes mes lectures sur la période hitlérienne, je n’ai jamais réussi à comprendre pourquoi tant d’Allemands "bien", respectables, avaient pris à la légère la montée du nazisme tandis que les Juifs tardaient étrangement à fuir. Par quelle aberration, à cause de quelles complaisances, quelles lâchetés, le nazisme fut-il possible? Qu’était-il arrivé à ce grand pays de musiciens, de philosophes et de poètes? Ces questions-là n’ont jamais cessé de me hanter.
Je crois que l’histoire d’Élie, Elsa, Lila, Karl et les autres apporte quelques clés.
Après tout, il n’y a que les fous pour tenter de répondre à ce genre de questions, les fous ou les personnages de roman.»
Franz-Olivier Giesbert.

Combien ce livre a fait battre mon cœur: ❤️❤️❤️❤️
Commentaire spontané: Mettre en scène Hitler dans un roman, voilà un très gros risque, mais le défi est relevé avec brio: l'histoire est bien ficelée et solidement documentée.
J'avoue cependant avoir été dubitative au départ, car je n'accrochais pas aux quelques pages concernant la bluette entre centenaires, mais finalement, cela s'est dilué dans l'ensemble de l'aventure. (Il faut aussi dire que les histoires d'amour, ce n'est pas mon fort…)
J'ai particulièrement apprécié la richesse du vocabulaire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire